Nous utilisons des cookies (cookies CLAAS et de fournisseurs tiers, p. ex. Google Analytics) afin de vous faciliter la navigation sur notre site Internet et de vous proposer des contenus mieux adaptés à vos centres d'intérêt. Afin de vous permettre de poursuivre votre visite sur notre site Internet, seuls des cookies techniques sont placés sur votre ordinateur. Si vous acceptez les cookies, cette décision s'applique à tous les cookies (cookies à des fins de marketing inclus). Votre consentement est libre et peut être retiré à tout moment.

Pour plus d'informations, veuillez consulter notre Politique de confidentialité.

Accepter

1989-2019

Croissance, internationalisation et transition numérique.

Depuis le début des années 1990, l'évolution de CLAAS est marquée par la croissance et l'internationalisation de ses activités. La numérisation croissante de l'agriculture ouvre de nouveaux potentiels d'évolution pour CLAAS.

1989-2019

Croissance, internationalisation et transition numérique.

Depuis le début des années 1990, l'évolution de CLAAS est marquée par la croissance et l'internationalisation de ses activités. La numérisation croissante de l'agriculture ouvre de nouveaux potentiels d'évolution pour CLAAS.

Internationale, numérique et connectée.

Par tradition, CLAAS a toujours été tournée vers l'exportation. Les premières lieuses de paille étaient déjà vendues à l'étranger. Depuis les années 1990, l'entreprise renforce sa présence internationale hors des frontières de l'Europe. De nouveaux sites de production et sociétés de distribution voient notamment le jour en Inde, aux États-Unis, en Russie, en Chine et en Amérique du Sud. Une autre étape stratégique essentielle est franchie en 2003 avec la reprise du fabricant de tracteurs français Renault Agriculture. À travers la création de CLAAS E-Systems, CLAAS pose également les fondements d'un autre secteur d'activité porteur, celui de l'agriculture numérique.

Des tracteurs en série : en 2003, le tout premier tracteur vert CLAAS sort des chaînes de l'usine du Mans.

Durant des décennies, CLAAS avait réussi à s'affirmer face à la concurrence internationale grâce à sa stratégie de niche consistant à concentrer toutes les ressources sur les moissonneuses-batteuses et, plus tard, grâce au rachat de Bautz et Speiser, sur les machines de récolte. L'entreprise tirait son épingle du jeu sans avoir sa propre ligne de production de tracteurs. Mais dans les années 1980 et 1990, le processus de concentration en cours parmi les constructeurs de tracteurs change radicalement la donne, rendant nécessaire une nouvelle adaptation de la stratégie produit et d'entreprise.

En tant que pur spécialiste de la récolte sans aucun tracteur au programme, CLAAS se trouve en effet dans une position inconfortable et incertaine. Pendant des années, CLAAS est représentée en concession aux côtés d'autres acteurs spécialisés dans les tracteurs. Avec la disparition de nombreux constructeurs de tracteurs indépendants ayant eux-mêmes gonflé leur programme avec des matériels de récolte ou été repris par un constructeur généraliste, le nombre de partenaires potentiels pour les tracteurs se réduit, fragilisant la position de CLAAS auprès des concessionnaires. Régulièrement, des partenariats fructueux et de longue date sont rompus, comme avec Ford en Amérique du Nord, créant d'énormes failles au sein du réseau de distribution, avec des répercussions commerciales considérables. À long terme, la construction d'un tracteur CLAAS s'impose.

L'arrivée du tracteur CLAAS

Le 22 février 2003, Patrick Faure (à gauche), membre du directoire de RENAULT S.A., et Helmut Claas scellent la nouvelle alliance entre CLAAS et Renault d'une poignée de main.

L'occasion se présente de manière tout à fait inattendue en 2002. Le constructeur de tracteurs Renault Agriculture est à vendre, la société mère Renault souhaitant se séparer de toutes les activités autres que l'automobile. Renault Agriculture est alors un constructeur de taille moyenne et représente pour CLAAS la dernière opportunité de prendre pied dans le segment de masse des tracteurs standard. CLAAS saisit sa chance.

En 2003, avant l'ouverture du Salon de l'agriculture français, le SIMA, Helmut Claas et Patrick Faure signent le contrat décisif prévoyant dans un premier temps une participation de CLAAS dans Renault Agriculture, avant la reprise totale des tracteurs Renault par CLAAS en 2008 après plusieurs étapes. Dès l'Agritechnica de 2003, CLAAS présente un programme de tracteurs complet de 72 à 335 ch revêtus d'une peinture vert CLAAS, le XERION, un tracteur de forte puissance développé par CLAAS, constituant le fleuron de la gamme.

CLAAS a désormais atteint l'un de ses objectifs majeurs. Le tracteur standard a non seulement pour effet de stabiliser le réseau commercial de la marque, mais offre également des perspectives de croissance. L'entreprise est passée du rang de spécialiste de la récolte à celui de généraliste opérant à l'échelle mondiale.

Croissance à l'échelle internationale

Afin de pouvoir s'imposer durablement comme constructeur généraliste, CLAAS ne peut se contenter de l'adjonction des seuls tracteurs à son programme. Aussi, dès la fin des années 1980, l'entreprise prend des mesures destinées à promouvoir encore le rayonnement international de ses activités et étend dans les années suivantes sa présence mondiale tant dans le secteur commercial que par la création de nouveaux sites de production.

Europe de l'Est

  • Hongrie

    Après les bouleversements politiques du début des années 1990, de nouveaux débouchés commerciaux s'ouvrent principalement à l'Est. Dès 1969, CLAAS avait été le seul constructeur occidental à s'engager en Hongrie, avec succès. Jusqu'à ce jour, l'entreprise doit notamment sa bonne réputation en Europe de l'Est à cette présence précoce en Hongrie. Cette relation particulière débouche en 1997 sur la reprise, à Törökszentmiklos, d'une usine de production qui livrait déjà des composants et pièces importants à CLAAS. Aujourd'hui, la totalité des faucheuses à tambour et des barres de coupe CLAAS sont développées et produites sur ce site.

  • Ukraine

    En 1992, CLAAS fait ses premiers pas en Ukraine en participant au Salon de l'agriculture de Kiev. En 1994, une représentation locale met en place un réseau de distribution et livre les premières machines. En 1998, CLAAS crée une filiale autonome, la CLAAS Ukraina DP. Aujourd'hui, CLAAS est représentée dans toutes les régions d'Ukraine par son réseau de distributeurs, de centres et de points de service après-vente.

  • Russie

    CLAAS prend pied pour la première fois sur le marché russe en 1992, grâce à l'exportation de machines d'occasion. En 1996, l'entreprise ouvre à Moscou un bureau commercial qui donnera naissance à la société de distribution OOO CLAAS Vostok fondée en 2006. En 2005, CLAAS est le premier constructeur de machines agricoles occidental à lancer sa propre production de moissonneuses-batteuses à Krasnodar, dans le sud de la Russie. En 2015, l'entreprise investit 120 millions d'euros supplémentaires dans l'extension de l'usine. Équipée d'installations ultramodernes, l'usine traite aujourd'hui toutes les étapes de la production des moissonneuses-batteuses, dont l'usinage de pièces métalliques, la mise en peinture et l'assemblage.

  • Pologne

    En réaction à l'évolution de la Pologne vers un marché agricole de premier rang en Europe, CLAAS y fonde en 2009 une société de distribution et de service, CLAAS Polska sp. z.o.o. L'entreprise, dont le siège est à Buk, près de Poznań, ne se contente pas de commercialiser des machines CLAAS par l'intermédiaire de son réseau de concessionnaires, mais propose parallèlement aux agriculteurs polonais des pièces de rechange et un service après-vente hautement professionnel.

  • Roumanie

    L'évolution positive du marché roumain conduit là aussi à la création d'un centre de distribution régional (Regional Center) à Afumati, près de Bucarest, en 2012. Tous les partenaires commerciaux du pays sont désormais rattachés au nouveau centre régional afin d'améliorer le suivi client avec un réseau de service après-vente et un approvisionnement en pièces de rechange couvrant tout le pays.

Amérique

  • États-Unis

    Parallèlement à ses divers partenaires commerciaux, CLAAS avait déjà sa propre société de distribution et de marketing en Amérique du Nord depuis la création de CLAAS of America en 1979. En 1999, l'entreprise construit également sa propre usine de production de moissonneuses-batteuses à Omaha, dans l'État du Nebraska. Ce centre est d'abord exploité en coopération avec Caterpillar, avant d'être placée sous l'entière régie de CLAAS en 2002. Aujourd'hui, les moissonneuses-batteuses LEXION jaune Caterpillar ne sont plus exclusivement distribuées via le réseau Caterpillar, mais également par d'autres canaux de distribution. CLAAS détient également la société Financial Services LLC à San Francisco.

  • Argentine

    En établissant sa propre société de distribution à Sunchales, dans la province argentine de Santa Fé, CLAAS renforce considérablement sa présence sur le continent sud-américain dès l'année 2000. Aujourd'hui, le service après-vente CLAAS est assuré dans toute l'Argentine grâce à divers centres de pièces de rechange et de service après-vente.

  • Brésil

    En novembre 2014, un nouveau centre régional ouvre ses portes à Porto Alegre, dans le sud du Brésil. Celui-ci assume une fonction de soutien auprès des distributeurs et importateurs CLAAS de toute l'Amérique latine. Parallèlement aux tracteurs, le portefeuille de produits inclut toute la gamme des moissonneuses-batteuses, ensileuses et machines de récolte fourragère CLAAS.

Asie

  • Inde

    Depuis 1991, CLAAS produit dans une usine située à Faridabad, non loin de Delhi, une moissonneuse-batteuse spécialisée dans la récolte du riz et développée spécialement pour les besoins du marché asiatique. Baptisée CROP TIGER, celle-ci est particulièrement adaptée à la récolte de riz dans des parcelles humides exploitées par de petites structures agricoles, comme c'est souvent le cas en Asie du Sud-Est. Afin de répondre à l'évolution de la demande de matériels agricoles modernes, CLAAS ouvre une seconde usine à Chandigarh en 2008. On y produit là aussi la moissonneuse-batteuse CROP TIGER, une machine adaptée à la récolte du riz et des céréales. En mars 2012, CLAAS inaugure en outre un grand centre de pièces de rechange et de service après-vente à Bangalore.

  • Thaïlande

    C'est en 2012 qu'est créé le « CLAAS Regional Center South East Asia » dont le siège est à Bangkok, en Thaïlande. Ce centre joue un rôle d'assistance auprès des distributeurs de tout le Sud-Est asiatique. D'une superficie équivalente à celle de la France, la Thaïlande est, de loin, le marché le plus important de cette région. La vente, le service après-vente et l'approvisionnement en pièces de rechange y sont assurés sur tout le territoire par les concessionnaires de la nouvelle société importatrice Asia Co. Ltd.

  • Chine

    Depuis 2012, CLAAS est également présente en Chine grâce à une filiale propre à Pékin, responsable de la distribution et du service après-vente dans le pays. Auparavant, CLAAS faisait appel à une représentation locale qui s'appuyait sur des réseaux commerciaux locaux. Un magasin central de pièces de rechange et un centre de formation et de S.A.V. sont implantés à la périphérie de Pékin.

    En 2014, CLAAS reprend également la majorité des parts du constructeur de machines agricoles chinois Shandong Jinyee Machinery Manufacture Co. Ltd. (Jinyee). L'entreprise, rebaptisée CLAAS Agricultural Machinery (Shandong) Co. Ltd., produit différentes machines de récolte, principalement pour le maïs et le blé, sur deux sites majeurs à Gaomi et Daqing. L'entreprise emploie un millier de collaborateurs et dispose d'un vaste réseau de distribution et de service après-vente dans le centre et le nord de la Chine.

Interfaçage numérique et agriculture 4.0

CLAAS a déjà préparé son évolution à venir. La numérisation croissante de l'agriculture ouvre de nombreux secteurs d'innovation inédits pour l'entreprise. Dans le domaine de l'agroélectronique, CLAAS jouit de plus de 40 ans d'expérience. En effet, le tout premier système d'aide à la conduite électronique est lancé dès 1974 sur la DOMINATOR 85/105. Le « contrôleur de débit » indique au conducteur la vitesse d'avancement maximale possible sans dépasser la limite de pertes de grain admissible. Aujourd'hui, ce sont des systèmes entièrement automatisés tels que CEMOS AUTOMATIC qui se chargent d'optimiser les performances des moissonneuses-batteuses et ce, de manière totalement autonome et plus efficace que jamais.

Cette technologie ne marque cependant que le début d'une nouvelle évolution. Le numérique et le tout connecté sont en train de bouleverser profondément les habitudes dans le monde de l'agriculture et du machinisme agricole. Cela va des aides au travail, comme les systèmes de gestion d'exploitation agricole, aux machines connectées intelligentes et aux chaînes de processus entièrement numériques, qui génèrent de nouveaux gains d'efficacité tout en économisant des ressources naturelles. À l'avenir, il deviendra donc primordial d'exceller également dans la « récolte » de données et d'information.

Bereits 1994 gründete CLAAS den Geschäftsbereich AGROCOM, in den es einige Jahre später den damals führenden Anbieter für Agrarsoftware, Klöpper & Wiege, erfolgreich integrierte. Heute hat CLAAS all seine Kräfte im Elektronikbereich in einer neuen Tochtergesellschaft, der E-Systems, gebündelt. Seit 2017 entwickelt sie am neuen Elektronikzentrum im niedersächsischen Dissen innovative Lösungen für die moderne Landwirtschaft der Zukunft. Durch die Initiierung von 365FarmNet, einer offenen und herstellerunabhängigen Software-Plattform für Farmmanagement, zeigt CLAAS darüber hinaus, dass im Zuge von „Farming 4.0“ die Zukunft der Agrarwirtschaft in wettbewerbsübergreifenden, vernetzten Systemen liegt.

Même en 2100, ce seront toujours des machines qui rentreront les récoltes, mais leur efficacité dépendra essentiellement du degré d'intégration de l'intelligence électronique dans l'univers de la construction mécanique. CLAAS continuera de rester fidèle à sa devise et de chercher toujours à s'améliorer, à rester en mouvement tout en gardant son attachement à la terre.

Chapitres :